Conor McGregor chez ESPN (interviewé par Ariel Helwani).

Le célèbre combattant, Conor McGregor a donné hier une longue interview chez ESPN.
Avec Ariel Helwani à la baguette, il revient sur l’incident du pub, son avenir en tant qu’homme et combattant, le combat contre Khabib, ses relations avec l’UFC…

ARIEL HELWANI :

 » La semaine dernière TMZ a posté une vidéo de l’incident qui s’est passé en avril dernier, où on vous voit dans une altercation avec un homme plus âgé (Conor McGregor lui avait envoyé une gauche au visage) dans un bar, en Irlande.
Pouvez vous nous donner votre version de cette histoire ? Que s’est t-il passé là-bas ? « 

CONOR MCGREGOR :

 » En réalité, ça n’a pas vraiment d’importance ce qui s’est passé là-bas. J’avais tort. Cet homme méritait de profiter de son temps dans le pub sans que ça se termine ainsi. J’ai essayé de faire amande honorable et j’ai fait amende honorable.
Mais ce n’est pas ce qui compte. J’ai fait une erreur. Je dois venir ici avant que tu en parles et assumer la responsabilité. Je le dois aux personnes qui m’ont supporté. Je le dois à ma mère, mon père, ma famille. Je le dois aux gens qui m’ont entrainé aux arts martiaux.
Ce n’est pas moi. Ce n’est pas la raison pour laquelle je suis venu aux arts martiaux.
La raison pour laquelle j’ai commencé était justement de me défendre contre ce type de scénario.

Quoi qu’il arrive, je ferai face. Quoi qu’il arrive, je le mérite. Je ne m’en cacherai pas. J’avais tort. C’était un comportement totalement inacceptable pour un homme de mon statut. Je mérite d’être pointé du doigt pour cette attitude. Il n’y a aucune excuse à ça.

Je dois arrêter de réagir à la provocation. Les gens essayent de me provoquer. Suis-je un poisson ou suis-je la baleine ? Je dois être calme, je dois être zen.
Je dois donner l’exemple. Il y a tellement de gens qui m’admirent.
Comment je peux réagir de la sorte ?
Je dois me contrôler et comme je le disais, je travaille très dur pour ça. »

Conor McGregor évoque aussi ses inquiétudes concernant son style de vie actuel  qui brule sa fortune amassée dans les sports de combats.

 » Je suis dans une position dans laquelle très peu de fighters sont. Je peux, soit être riche, gâté, et tout foutre en l’air. Laisser derrière moi des ruines pour toute la génération… Ou je peux me mettre la tête à l’endroit, construire et rendre ça générationnel.
Les enfants de mes enfants. Si je ne fais pas ça bien, pour les enfants de mes enfants, tous mes succès, tout ce que j’ai accompli aura été inutile, dénué de sens à mes yeux.
Je dois rectifier le tir et je ne dois pas sortir du chemin, le chemin écrit, ne pas tomber dans le cliché du combattant qui a tout et qui finit ruiné.
Je dois être conscient de mon passé, du passé des autres personnes, apprendre de tout cela et grandir… Et c’est ce que je fais. »

McGregor veut se racheter.

« Je sais qui je suis en tant qu’être humain. Mes proches savent qui je suis en tant qu’être humain et quel genre de père je suis, quel genre de fils je suis, quel genre de frère je suis, quel genre d’ami je suis. C’est tout. Je vais me concentrer sur le fait d’être une bonne personne et ne pas trop me soucier de ça. Je vais le mériter de nouveau.

Je dois juste bien me visser la tête et retourner dans le sport et combattre pour ma rédemption, la vengeance et le respect. Les choses qui ont fait de moi l’homme que je suis, et c’est ce que je vais faire. »

ARIEL HELWANI : 

 » Si l’UFC arrive et dit : qui veux tu ? que veux tu ?
Que veut Conor McGregor dans son retour extrêmement attendu ? « 

CONOR McGREGOR :

 » Pour mon combat de retour… Je veux récupérer mon titre. Je veux cette rédemption, le camp n’était pas adéquat, j’ai tellement appris de ça. Sachant les engagements que j’avais dans ce camp et connaissant la performance que j’ai mis dedans. Il (Khabib) n’a pas envoyé un punch, il a shooté pour les jambes avant d’envoyer un punch. Le 1er round j’aurais dû parler à Herb Dean. Il dit qu’il me parlait dans la cage, mais il n’y a pas eu un murmure avant qu’il ne finisse dans une position dominante. La seule raison pour laquelle il a terminé dans cette position était que je ne l’ai pas respecté.
Je ne l’ai pas respecté car il tournait autour de cette cage. J’ai déconnecté un millième de seconde et il a eu cette frappe chanceuse. Bien que c’était un superbe coup, je me suis rétabli et j’ai engagé. Et qu’est-ce-qu’il a fait ? Il a encore plongé dans les jambes.

Mais bon peu importe, il y a plein de superbes choses que je peux retenir de ça. Je peux revenir et prendre ma revanche.

Mais, je ne vais pas attendre. Si tu me demandes qui ? N’importe qui. Si Dustin y va et le fait, Dustin. Si c’est Nate, Nate. Si c’est Jorge, Jorge. Peu importe le gabarit. Je ne sais pas de quoi Dana parle avec ce truc de gabarit et autre. Je ne connais même pas très bien Jorge pour être honnête. J’ai juste vu ses 2 derniers fights et celui contre Al Iaquinta.

N’importe qui. Tony Ferguson, Justin Gaethje, le rematch Max Holloway, le rematch Jose Aldo. Il y a tellement de combats pour moi, Ariel. Tellement.
Et, en réalité, ça m’est égal. Ça ne concerne que moi et mon retour, être qui je suis et non pas l’ombre de moi même. Pas à moitié dévoué.

Si je devais résumer ce que j’étais : j’étais trop dévoué à la salle et pas en dehors. Les cessions d’entrainements étaient trop sérieuses et quand je quittais la salle, ça sortait de ma tête. Et tu ne peux pas faire ça, tu ne peux pas être à moitié dedans, surtout dans un sport comme celui-là, et j’ai payé le prix pour ça, c’est tout.
Même si j’avais des raisons, des blessures… On s’en fout.
Ce qui doit arriver, arrive. Je sais ce que je peux faire, je l’ai fait dans le passé quand on doutait de moi et j’ai hâte de le refaire. »

ARIEL HELWANI : 

 » Vrai ou faux, vous allez recombattre cette année ? « 

CONOR MCGREGOR :

Long silence…

 » Je dirais vrai. Je dirais qu’on peut le concrétiser. Comme je l’ai dit hier, j’ai parlé au chirurgien à propos du grappling et je vais pouvoir recommencer à présent. À la base c’était pour septembre. Sinon, je suis déjà en forme, je n’ai pas perdu ma condition physique. Je dois juste tester le grappling, comment le grip se ressent avec mes poignets. Je peux frapper pleinement, je n’ai jamais arrêté de kicker. On est en août, alors je ciblerais la fin de l’année. « 

ARIEL HELWANI :

 » Ok, Khabib bat Poirier, cette rivalité semble toujours être très personnelle, ça a l’air toujours très tendu, et on dirait que vous pensez toujours pouvoir battre Khabib. Sautez vous là dessus, direct, pas de fight de chauffe ? Y retourner et essayer de venger cette défaite ? « 

CONOR MCGREGOR :

« Yeeeeeeeeeees. »

Il évoque le fait qu’il a combattu sur un pied, car il se l’était cassé à la moitié de son camp.

« Mon pied était un ballon ! »

Il revient sur un possible combat contre Khabib :

 » Il n’y a aucun doute. Si ça vient, je le prends. Mais si ce n’est pas le cas, je prends tout ce qu’il y aura… Et il y en a un paquet, je viens juste de les nommer. « 

Ariel Helwani lui reparle de Max Holloway.

CONOR McGREGOR :

« Oui c’est un combat qui m’intéresse. J’ai beaucoup de respect pour Max. Il a été dans tellement de guerre, il est définitivement dans le top. Et vous savez qui est aussi dans le top ? Frankie Edgar.
Frankie a été très respectueux. Il avait dit qu’il voulait pouvoir dire un jour à ces petits enfants qu’il avait combattu McGregor. Quand j’avais entendu ça, j’ai appelé Dana en lui disant, ‘c’est le fight à faire’.
Même s’il sortait d’une défaite contre Max, je m’en fous de ça.

Victoire, défaite… Dans ce sport ça ne veut rien dire. C’est une histoire dans laquelle on est tous embarqués. C’est pour cela que quand les choses deviennent plus personnelles, ça fait encore plus mal. Mais regardez, la situation de Nate m’a fait du bien. On est tous ensemble au final. C’est un business dingue, dingue, dingue dans lequel on est tous. »

ARIEL HELWANI :

 » Vous n’avez pas l’air d’un combattant qui ne veut plus combattre. Vous semblez être plus motivé que jamais. Mais je suis obligé de vous parler de votre sortie récurrente sur la retraite. C’était revenu deux semaines après l’incident de Miami. Donc je vous pose simplement la question :
A,  êtes-vous à la retraite ?
Et B, si ce n’est pas le cas, pourquoi l’avez vous tweeté ? « 

CONOR MCGREGOR :

 » Vous ne réalisez pas le nombre de choses qui se passent en coulisse, Ariel. Parfois j’ai juste besoin de ça et puis je rush tout le temps.
Vous ne comprenez pas, mon pied était presque comme un ballon quand j’ai pris ce fight (Khabib) ! J’ai toutes les images de mon camp, je me suis cassé le pied trois semaines avant et j’y suis allé… Je m’étais déchiré la jambe avant le fight contre Mendes… J’ai fait tellement pour cette compagnie (UFC), non stop.
J’ai construit tout ça. Et quand des choses se passent backstage entre ma team et d’autres teams, et le coté du business etc…
Parfois tu as juste besoin de faire un pas de retrait.

Mais la retraite ? Je pense que je ne me retirerai jamais de ce sport Ariel, jamais de ma vie. Je combattrai jusqu’à mon dernier jour, il n’y a pas de doutes là-dessus.
C’est en moi, c’est dans mon sang et je l’emporterai avec moi jusque dans la tombe. »

ARIEL HELWANI :

 » S’il n’y avait pas eu la blessure à la main (fracture en sparring ce printemps) Conor, vous pensez que vous auriez déjà combattu cet été ? « 

CONOR McGREGOR :

 » Yes. Yes. Yes. Je me préparais pour fin juillet, Madison Square Garden. J’étais bouillant pour revenir, j’étais dans une superbe phase et bim un petit accroc, et il faut tout recommencer. Mais très certainement, je serais revenu en juillet. On discutait d’adversaire, je ne me préoccupais pas trop de quel adversaire, je voulais juste des similarités avec Khabib pour me préparer en vue de ça, car il ne veut pas la revanche… Peu importe, je veux juste reprendre la compétition maintenant, être de retour, laissez-moi revenir dans le mix.

Ne vous méprenez pas, les qualités sont là, chez moi, et je sais ce que je peux amener sur la table, ce que je vais amener sur la table et je suis très excité de donner de nouveau à mes fans quelque chose à partager. Je guette mon retour triomphal Ariel. « 

ARIEL HELWANI :

 » Quel est l’état actuel de tes relations avec l’UFC ? « 

CONOR McGREGOR :

« J’ai toujours eu une très bonne relation avec l’UFC. Vous savez, c’est la marque contre le fighter. Une des choses qui a un peu ralenti le processus en coulisse, c’est quand ils ont essayé de me mettre Co Main Event. Mais bon, c’est juste du business, on a une très bonne relation de business, je respecte énormément l’UFC.

L’UFC est un bout de moi et c’est pour cette raison que je voulais en faire partie,. Car je comprends, je connais chaque centimètre du sport et de ce qui peut l’amener au niveau supérieur, et je voulais ce respect. C’est ce que je souhaitais avoir et ils ont essayé de me repousser…
Ce n’est que du business, le business n’est pas émotionnel. J’ai un grand respect pour les gens de l’UFC, Lorenzo qui l’a construit, Dana bien entendu, les gens impliqués. »

Aujourd’hui… Il n’y a aucun contentieux, on est tous pressés de remettre ça en route. »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s